Selon la réglementation de l’Union européenne, il existe trois types de masques respiratoires disponibles dans les pharmacies au sein de l’Union européenne : FFP1, FFP2 et FFP3 (Filtering Face Piece). Bien que les masques puissent réduire le risque d’infections respiratoires, leur utilisation, pour le moment, n’est pas recommandée pour la population générale en bonne santé.

Quels sont les différents types de masques disponibles ?

Actuellement, il existe essentiellement deux types de masques. D’une part, il y a les masques chirurgicaux, qui sont principalement utilisés par les médecins et le personnel soignant dans les salles d’opération. Ces masques filtrent l’air exhalé et qui contient donc des agents, des particules, des bactéries ou des virus qui peuvent être transmis par la respiration à d’autres personnes autour.

D’autre part, les masques de protection respiratoire, qui filtrent l’air inhalé de l’extérieur. Ces masques retiennent les agents, les particules, les bactéries ou les virus qui proviennent de l’environnement tout autour. Ils sont classés selon leurs différentes capacités de filtrage. Certains ont une valve d’expiration qui réduit l’humidité à l’intérieur, pour offrir plus de confort, surtout pour la respiration. Ils sont répartis en fonction de leur niveau de protection :

  • FFP1 : efficacité de filtration minimale de 78 %, fuite de 22 % vers l’extérieur. Protège contre les résidus non toxiques et non fibreux de la poussière ou des aérosols. Empêche l’inhalation de ces substances et des odeurs désagréables.
  • FFP2 : efficacité de filtration minimale de 92 %, fuite vers l’extérieur de 8 %. Ce type de masque offre une protection contre les résidus non toxiques et les éléments fibreux. Ainsi, en achetant un masque FFP2, vous êtes protégé contre les particules toxiques de la poussière, des aérosols et des fumées.
  • FFP3 : efficacité de filtration minimale de 98 %, 2 % de fuite vers l’extérieur. Il agit contre différents types de poussières, de fumées et d’aérosols toxiques et nocifs. Efficace contre les bactéries, les virus et les spores fongiques.

Selon les experts, seules les FFP2 et FFP3 sont équivalentes à la norme N95 (approuvé et recommandé par l’OMS pour les coronavirus). Cependant, ils insistent sur le fait qu’il n’est pas nécessaire de porter un masque dans la rue pour se protéger contre le coronavirus si l’on est en bonne santé. Toutefois, les experts rappellent que les personnes souffrant d’allergies ou de maladies chroniques ou graves doivent continuer à les utiliser.

Sont-ils efficaces pour protéger contre le coronavirus ?

Dans le cas du coronavirus, l’utilisation des masques est recommandée uniquement aux personnes qui présentent des symptômes, des infections respiratoires telles que la pneumonie ou des pathologies graves antérieures, et toujours sous l’indication d’un professionnel de la santé, afin de ne plus être infectées.

Avec la situation actuelle, sa fonctionnalité fait débat, notamment en termes de prévention pour la population en général. De plus, les professionnels, qui sont en contact régulier avec les patients doivent être tenus au courant des protocoles, ainsi que les groupes à risque comme les personnes âgées présentant une certaine pathologie.

Pour se protéger contre le Coronavirus, la population doit prendre des mesures de prévention de base en cas de toux en plus d’une bonne hygiène et adopter des gestes barrières, mais l’utilisation de masques n’est pas indiquée.